La Sauge Officinale Antitranspirante

Outre sa propriété  de combattre l’excès de transpiration, la sauge est un excellent tonique, à la fois digestive, stimulante du foie et de l’estomac, réputée pour calmer les douleurs des rhumatisants, combattre la fatigue nerveuse, la dépression, les infections respiratoires et les irrégularités menstruelles...(Hildegarde)

Cette citation résume la formidable réputation dont on a pu jouir la sauge durant plus de deux mille millénaires:

Pourquoi mourrait l’homme dans le jardin de qui pousse la sauge, si ce n’est qu’il n’existe aucun remède contre le pouvoir de la mort?

Elle a toujours conserve la réputation justifiée de  » reine des plantes médicinales « 

La sauge, l’herbe sacrée des Romains, en latin salvia signifiant  » plante qui sauve « est une plante de nom commun, Salvia officinalis L., de la famille des Lamiacées (Lamiaceae)

 

Description botanique : 

  • Sous arbrisseau 30 à 50 cm rameaux très aromatiques 
  • Feuille pétiolée, oblongue, lancéolée, dentée, blanchâtre, rugueuse au toucher (face inférieure présentant un réseau serré de nervures en relief)
  • Fleurs assez grandes d’un bleu violacé groupées en faux verticilles à l’extrémité des rameaux, calice pubescent bilabié, à 17 nervures, corolle 2 à 3 cm dont la lèvre supérieure est presque droite

Récolte : 

  • Feuilles au printemps juste avant la floraison et à l’automne 
  • Sommités fleuries : au moment de la floraison

Parties utilisées

  •  Feuille 
  • Sommité fleurie 
  • Huile Essentielle

Diagnose rapide de la drogue :

  • Glomérule de 3 à 6 fleurs bleu violacée, bilabiées.
  • Calice bilabié à 5 dents dont 3 supérieures

Constituants

  • Triterpène : acide ursolique, acide rosmarinique 
  • Diterpène : picrosalvine (principe amer) 
  • Riche en phyto-œstrogènes, ce qui lui confère un grand intérêt en cas de règles douloureuses ou irrégulières, de ménopause et comme facteur de fertilité féminine.(Hildegarde)
  • Flavonoïdes : glucoside de la lutéoline et de l’apigénine 
  • Acides phénols : acide labiatique 
  • Huile Essentielle (1 à 2%): thuyone (50 % alpha et béta pinène, cinéol, bornéol, acétate de bornyle, camphre)

Certaines espèces sous espèces sont dépourvues de thuyone et de diterpènes

Propriétés

  • Cholérétique, stomachique, apéritive
  • Antisudorale : l’Huile Essentielle paralyse les terminaisons nerveuses périphériques des glandes sudoripares 
  • Antispasmodique : l’eau saturée d’huile essentielle est un spasmolytique neurotrope inhibant expérimentalement le spasme acétylcholinique du duodénum du rat 
  • Emménogogue : Huile essentielle
  • Hypoglycémiant 
  • Stimulant œstrogénique: la sauge est  » l’œstrogène végétal » par excellence
  • Sympathomimétique et vagolytique
  • Astringente, antiseptique et cicatrisante.

Indications :

  • Stimulant:

Infusion (5 g de feuilles/ l, 15 mm; et vin de sauge (80 g de feuilles/l, macération 8 jours, 1 à 3 cuillerées à soupe après les repas  

  • Astringent et cicatrisant en application locale :

Alcoolat Vulnéraire et décocté d’espèces vulnéraires (10 g/l) en compresses 

  • Antisudoral (contre la transpiration):

Teinture au 1/5 dans l’alcool à 60°, 2 gouttes avant le moment présumé d’apparition des sueurs, ou extrait Fluide stabilisé : 1 cc le soir au coucher 

  • Asthénie de toute nature et convalescence
  • Digestion lente ou difficile, dyspepsie, affections ou troubles hépatiques et vésiculaires en général.
  • Troubles des règles, troubles de la ménopause (bouffées de chaleur, crises de sudation).

Les formes habituelles d’administration:

  • Poudre totale sèche micronisée 1-2 g et l’extrait sec 200-400 mg par jour en gélules à avaler avec un peu d’eau en 3 prises:matin, midi et soir au moment des repas.
  • Extrait aqueux et de jus de plante (en ampoules buvables ou en flacon), une ampoule ou une cuillerée à soupe matin, midi et soir avant les repas.
  • En usage local interne sous-forme de décoction-infusion: faire bouillir 20 g de feuilles séchées dans un litre d’eau pendant 5 min, laisser infuser 5 min et filtrer, 3-4 fois par jour en bains de bouche et en gargarismes contre certaines affections de la bouche et de la gorge.
  • En usage local externe: 100 g de feuilles au lieu de 20 g, sous forme de compresses imprégnées ou en friction pour les plaies cutanées, les dermatoses et la chute anormale des cheveux.
  • Une recette ancienne mais fameuse en cas d’asthénie sexuelle: le vin des 3 labiés (mettre 30 g de feuilles de sauge + 30 g de sommités fleuries de romarin + 30 g de sommités fleuries de sarriette dans un litre de « bon » vin rouge auquel on ajoute 60 g de miel; chauffer le tout au bain-marie pendant une 1/2 heure; laisser refroidir, filtrer et mettre dans un flacon en verre bien bouché à l’abri de la lumière. Boire un verre à Madère après chaque repas jusqu’au retour de votre « vigueur » habituelle.

Médecine vétérinaire empirique :

  • Anti-sudorifique pour les fièvres importantes 
  • Stomachique pour améliorer l’appétit des bovins 
  • Contre les éruptions vésiculeuses : feuilles de sauge et de sureau hachées en usage externe
  • Contre les pneumonies des chèvres et le charbon : décoction

Médecine vétérinaire ancienne : 

  • Contre les indigestions par surcharge, les indigestion aiguës : infusion alcoolisée 
  • Compose le baume tranquille

Médecine vétérinaire moderne :

  • Tonique,
  • Stomachique,
  • Action sur l’appareil génital

Risques

Contre-Indication :

  • Insuffisance rénale,
  • Instabilité neuro-végétative 

Précautions : ne pas utiliser en cures continues 

Huile Essentielle : neurotoxique – convulsivante (thuyone) entraînant la mort, abortive 

Ne pas utiliser lors de grossesse ou d’allaitement 

 

Sources: Hippocratus.com et Dr.Yves Donadieu

 

 

, , , , , , , , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge